Vendée Chouannerie Le Web Magazine des Guerres de Vendée



Vidéos les plus récentes
Actualités
Jc Menard | 01/06/2016 | 1993 vues
55555  (1 vote) | 0 Commentaire
Actualités
La rédaction | 17/01/2015 | 657 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 19

La Croix des Religieuses à La Gaubretière

La chute de Robespierre ne mit pas fin aux massacres dans le Bocage. A La Gaubretière, par exemple, les Bleus firent irruption dans le bourg à plusieurs reprises jusqu'au début de l'année 1795. Le 10 mars, une nouvelle tuerie fit six victimes…


Après le passage des Colonnes infernales, les Gaubretiérois tentèrent maintes fois de relever leurs pauvres demeures, mais à peine les chaumières étaient-elles debout qu'une colonne républicaine passait et détruisait une fois de plus le travail des pauvres gens.

Dans une de leurs expéditions, les Bleus faillirent s'emparer de Madame de Boisy. Ils se saisirent d'un de ses domestiques et lui promirent la vie sauve s'il leur découvrait la retraite de sa maîtresse. Le fidèle Gaubretiérois refusa. Ses bourreaux l'attachèrent nu à la queue d'un cheval qui, pendant deux heures, traîna son corps en lambeaux sur les cailloux du chemin.

Une autre fois, les républicains arrêtèrent le sacristain Augereau. Ce brave homme revenait de conduire un prêtre administrer un mourant. Trouvé porteur d'hosties, il fut immédiatement massacré.

La Croix des Religieuses à La Gaubretière, souvenir du massacre du 10 mars 1795
La Croix des Religieuses à La Gaubretière, souvenir du massacre du 10 mars 1795
Le 10 mars 1795, Mlle Marot et cinq religieuses augustines furent surprises au retour d'un hameau voisin où elles avaient porté secours à des malades. Près d'une ancienne croix de mission détruite par les Bleus, elles furent interrogées par les soldats. Devant leur refus de crier « Vive la République ! » les six femmes furent décapitées tandis qu'elles entonnaient un cantique en serrant contre elles les débris de la croix.

Un nouveau calvaire fut érigé au XIXe siècle au même endroit, à l'angle de la rue Jacques Forestier et de la rue de la Pierre Levée. Il porte toujours le nom de « Croix des Religieuses », en mémoire des six martyres tombées ce jour-là sous le sabre républicain.

Source : Notes historiques sur la paroisse de La Gaubretière, par Paul Legrand
Samedi 10 Mars 2012
La rédaction
Lu 798 fois
Notez

Nouveau commentaire :








Inscription à la newsletter

Recherche


Pour soutenir nos actions en faveur de l'histoire et du patrimoine de notre région, vous pouvez faire un don en toute sécurité en cliquant ci-dessus.

Gardez le contact