Vidéos les plus récentes
Actualités
Jc Menard | 01/06/2016 | 1511 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Actualités
La rédaction | 17/01/2015 | 529 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 19

Pierre Gréau raconte la Virée de Galerne

Vous cherchez une idée de cadeau pour Noël ?


Comment est né ce livre ?

Cela fait quinze ans qu'il mûrit en moi. Un jour, j'ai retrouvé un acte notarié de 1767, qui a tout déclenché. Il concernait un quintaïeul, Pierre Gréau, qui a fait la Virée de Galerne, avec le chevalier Auguste de la Voyrie, habitant la Demangère de Nesmy.

Dans mes recherches généalogiques, j'ai aussi retrouvé un ancêtre maternel, Pierre Morilleau, qui quitta la paroisse de Saint-Pierre des Lucs en 1794, pour se réfugier à Saint-André-d'Ornay, puis à Chaillé-sous-les-Ormeaux. C'est à eux que j'ai dédié ce livre.

Comment se structure l'ouvrage ?

La première partie du livre est le fruit de mes recherches permettant de comprendre la Virée de Galerne. J'explique ce qu'était l'armée des puants et je prends du recul par rapport aux sources communément admises, avant de tenter un dénombrement, grâce aux demandes de pensions, faites sous la Restauration.

Ensuite, je propose une analyse des deux camps et de leur propre organisation.

Quels sont les éléments les plus surprenants que vous avez retenus ?

Dans la seconde partie de mon livre, je reprends les étapes de cette Virée de Galerne. C'est l'incroyable exploit physique, réalisé par ces hommes, ces femmes et ces enfants, qui m'a le plus marqué.

En 2003, j'ai refait concrètement à pied cet énorme périple, sur la trace de mes ancêtres, mais je n'avais pas, comme eux, les hussards de la République aux trousses.

La troisième partie du livre est constituée de longues listes...

Oui, il s'agit de montrer, de manière claire mais non exhaustive, que la Virée de Galerne n'a pas été réservée aux Vendéens. Il y avait en effet de très nombreux Angevins, Poitevins, Mainiaux, Manceaux, des Bretons et même des Normands. Ces listes sont aussi une source pour tous ceux qui sont à la recherche d'ancêtres, combattants de cette époque.

Lundi 16 Décembre 2013
Jc Menard
Lu 620 fois
Notez


1.Posté par Guitton le 17/04/2014 02:23
Les Pictons: (les furieux) les vendéens sont leurs descendant direct : je pense que sur le plan de la généalogie, cela vous semble simple pour le cas de la vendée, mauges, ect.. il y a aussi une chose que vous ne parlez pas, c'est que ceux qui étaient dénoncer par les villageois des régions comme laval, il y avait des couples vendéens refugier et qui avaient pris une nouvelle adresse d'un village quelconque afin de ce faire passer pour un habitans, ils étaient dénoncer , puis fussiler comme brigands de la vendée, soit à nantes , comme ils niaient, cette adresse fut retenu, qu'ils étaient de cette adresse. hors ils ne sont pas issue de cette région, qu'il s'agit pas de chouans mainotte par contre dans certains livres répertorié aux bicentenaire 89 : cette adresse reste comme s'ils étaient de cette région: alors ça plait aux gens, qui pense à une vérité suppreme, mais cela perturbe les généalogies ou tous les documents ou presque de la prefecture de fontenay , ect..ont été détruits, brulé par les vendéens lors des levées, pour ce qui est de la vendée:
donc prendre vos listes pour une réalité me semble un peu naive. dans cette gwalarn, que l'ont dit tous massacrée à savenay, et en autre lieux, ce qui ne semble pas du tout etre le cas, beaucoup en profitére pour sauvez leurs peaux quand tout semblait perdu, et dans tous les sens , d'ailleurs beaucoup passérent en vendée avant ancenis et savenay et ou d'autres en revenait comme béjarry qui s'était longtemps caché avec les porcs d'une porcherie,... ect... de la castrie passa par le nord pour ce retrouver en allemagne avec de faux documents. ils furent nombreux , ce qui signifie qu'ils changérent de nom. d'autres se retrouvérent dans le grand sud de la vendée et feront tout pour y rester, car le pouvoir de la vie est immence ! mon grand-pére en 1960 ainsi que mon arriere grand-pére que j'ai connue, parlait de tout cela, seule les femmes leurs clouait le bec devant les enfants, car en vendée mettre ces histoires dans la téte des enfants peu les brisés, j'en fait parti, je n'ai que des cauchemars qui reviennent, mais toujours le désir de savoir plus, enfants j'ai refusé d'écouté les maitres d'école qui parlait d'histoire, rien d'autre ne m'intéressait , mais jamais de la vendée, pour moi ils étaient des menteurs, il aurait mieux fallu qu'ils en parlent, c'est ce que j'attendais, et j'ai fait de grave blocage, j'ai toujours su qui était de noms bleu et de blans, par instinct, pour mon grand- pére les autres était des coquets, pourquoi parler de d'autres région et de d'autres époque, sauf de la vendée, comme si il n'y avait pas d'histoire, pour moi c'était impossible. c'était en complete contradiction d'avec mon grand-pére, par de cuisant echec. par la suite le frére de mon pére parlait de cette époque, et ma mére le coupait net : rechute pour moi. alors j'ai fuit la vendée et me suis retrouver à paris, là j'ai pris en pleine poire l'octracisme envers les vendéens, dont j'ai retrouvé des amis vendéens qui avaient le méme probleme casse-gueulle aux cheveux noiratre, de la marquise de la rochejaquelein, elle me ferat toujours rire, nous étions chaque jours dans les paniers à salade, alors j'ai du me faire breton, et j'étais adoré, mais un jour mon employeur me dit toi le vendéen , ya plus de boulot pour toi, alors que six *** prenait ma place. l'octracisme vendéen je l'ai vécu avec une haine féroce de l'intérieur, et je suis monté au ciel en pissant sur la république.
je le dit içi, les ennemis des français, sont les français, surtout avec des galons !!! qu'ils se reconnaissent ou pas, je leurs pissent dessus , direct.
sur le plan généalogie, en vendée rien n'est simple et chacun voudrait ce faire un ancetre, voir méme plusieurs: je crois que la meilleure façon de ce croire vendéens, c'est d'avoir le méme caractére, les mémes reflexe d'anti soumissions et de ne jamais travaillé pour la republique, et pour ressentir d'appartenir à cette ancienne race, tous n'était pas de cheveux noir et yeux noir, comme raconte la marquise de la rochejaquelein, disont qu'elle était amoureuse de certain spécimen humain, j'en connait qui avait une famille nombreuse, mon arriére grand-mére en à eux 21 dont 3 morts né, dont ou il y àvait des cheveux noiratre et leurs fréres était blond, d'autre en grandit blond et à la vingtiéme année sont devenu noiratre à faire palir, comme mon pére, là assurement il s'agit bien d'une race antique comme le disait clemenceau et bien d'autres, mais tous ont le méme rejet d'etre privé de faire ce qu'ils veulent, et méme rejetté un ordre, alors travaillé dans l'administration et ces contrainte prouve qu'ils sont pas des vendéens, malheureusement je me suis aperçu qu'ils y en avaient d'autres totalement différents par de trés anciens livres étranger parlant du poitou lors de leurs aventures ,des races anciennes comme le disait le bleu vendéen clemenceau (un bleu de 1906) dont ces origines ont eu une fusion d'asiatique de l'époque des goths, sa propre soeur disait de lui qu'il avait des traits de chinois qui sont insensible à l'espéce humaine, cela c'est de lire beaucoup et d'anciens livre d'avant la révolution ou l'ont se reconnait comme tel: par contre si vous rechercher un ancétre habitans la vendée comme stofflet, de hargues , ect.. rien de plus façile, suivé les registres des bleus,aux reflexe absolument pas vendéens , mais portant un nom d'un ancien, la généalogie en vendée ne veut rien dire.
seul le bouche (goule) à oreille des anciens sont une certitude familiale.
il y avait 1200 nobles dans ces territoires des guerres, mais 200 le furent vraiment ! pour ce qui du terrictoire de la france, le choc serait immence !
des nobles pensé donc ! des aristocrates, foutaises : les gueux du nord prirent la place des nobles et y croivent dur comme fer. Dieu les maudits !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Décembre 2013 - 20:45 Rendez-vous à Savenay le 21 décembre 2013








Inscription à la newsletter

Recherche


Pour soutenir nos actions en faveur de l'histoire et du patrimoine de notre région, vous pouvez faire un don en toute sécurité en cliquant ci-dessus.

Gardez le contact