Vendée Chouannerie Le Web Magazine des Guerres de Vendée



Vidéos les plus récentes
Actualités
Jc Menard | 01/06/2016 | 1982 vues
55555  (1 vote) | 0 Commentaire
Actualités
La rédaction | 17/01/2015 | 653 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 19

Une chanson pour l'extermination des Vendéens : l'exemple de « La carmagnole de la Vendée » (1793) par Amaury Guitard

Chanson révolutionnaire par excellence, « La Carmagnole » est un chant anonyme, originaire du Piémont. Il parvient tout d'abord à Marseille avant de gagner finalement la capitale.
Crée en 1792, au moment où l'assemblée vote la Convention Nationale et décrète l'arrestation du Roi, cette mélodie rencontre très tôt un grand succès, jusqu'à devenir un des hymnes favoris des révolutionnaires.


Une chanson pour l'extermination des Vendéens : l'exemple de « La carmagnole de la Vendée » (1793) par Amaury Guitard
Son titre, qui renvoie à la veste portée par les sans-culottes durant la révolution française, et son air, à la fois dynamique et entraînant, est composé sur le même rythme que les marches militaires, sur fond de fifres et de roulements de tambour.
Après la mort du roi (21 Janvier 1793), La Carmagnole se popularise aux quatre coins de la France, et deviendra ensuite l'emblème de cette Révolution en marche.
Un mythe était né.

« La Carmagnole de la Vendée » : un contexte historique bien précis

Exemplaire du décret du 1/08/1793 – Archives privées de l'auteur
Exemplaire du décret du 1/08/1793 – Archives privées de l'auteur
Composée officiellement début Septembre 1793, cette « Carmagnole de la Vendée » s'ancre dans un contexte historique bien précis, qu'il est intéressant d'observer pour mieux comprendre le poids des paroles de cette chanson...

Le 1er Août, la Convention a adopté une loi, dite « d'anéantissement » de la Vendée. Comme il est précisé dans son préambule, il s'agit de « mesures à prendre contre les rebelles de la Vendée ».

Cette loi, rédigée en quinze articles, s'articule autour trois de axes majeurs :

Une chanson pour l'extermination des Vendéens : l'exemple de « La carmagnole de la Vendée » (1793) par Amaury Guitard
— Elle prescrit tout d'abord l'envoi des troupes de l'armée de Mayence en Vendée. En effet, cette armée a capitulé quelques jours plus tôt devant la ville de Mayence (23 Juillet), mais « avec les honneurs »... Il s'agit d'une armée de métier, commandée par des généraux prestigieux (Kléber...), et considérée alors comme la meilleure d'Europe et donc du monde. En raison du traité de capitulation, cette armée ne peut plus être employée aux frontières pendant une durée d'au moins un an. Le pouvoir éxécutif décide donc de la faire transporter en Vendée pour écraser une fois pour toute la révolte de la contre-révolution.
— L'autre versant de cette loi explique qu'  « il sera envoyé par le ministre de la guerre des matières combustibles de toute espèce pour incendier les bois, les taillis & les genêts » (Art.6). Complémentairement à cela, l'article 7 précise que « les forêts seront abattues ; les repaires des rebelles seront détruits ; les récoltes seront coupées […] et les bestiaux seront saisis ».
— Cette loi ordonne donc l'anéantissement matériel, et donc économique, de la Vendée militaire. Il faut lui retirer (soit par l'incendie, soit par la saisie) toutes ses richesses, et ainsi, il ne lui sera plus possible de résister encore longtemps.
En d'autres termes, il y a là un exemple concret d' une mise en œuvre, légale, de la politique de la terre brûlée : il faut faire de la Vendée un désert.
— Enfin, sur le plan humain, cette loi stipule que « les femmes, les enfants & les vieillards seront conduits dans l'intérieur », autrement dit déportés. Par certains aspects, cette mesure pourrait s'apparenter aux critères modernes de l' « épuration éthnique ».


Pour résumer, cette loi du 1er Août ordonne non-seulement l'anéantissement matériel et humain de la Vendée Militaire, mais prévoit que l'armée de Mayence sera bel et bien présente pour veiller à la bonne exécution de ces mesures.

C'est dans ce contexte que s'ancre « La Carmagnole de la Vendée ».

La récupération et le détournement du mythe

La Carmagnole de la Vendée a été composée début septembre, au moment même où les troupes de Mayence s'apprêtaient à pénétrer en Vendée Militaire.
Les paroles de la chanson sont à la gloire de ces Mayençais, présentés comme les héros qui vont enfin réussir à anéantir cette Vendée, cancer de la révolution.
Les différents couplets ne sont pas anodins, et je dirais même que cette chanson a servi d'exemple pour montrer au plus grand nombre à la fois la force de la révolution et de ses armées, mais aussi le sort de ceux qui osent s'insurger contre elles.
En effet, le texte de cette Carmagnole un peu spéciale a été inséré par la Commune de Paris le 10 Septembre 1793 dans toutes les affiches qui fleurissaient les murs de la capitale...

Une chanson pour l'extermination des Vendéens : l'exemple de « La carmagnole de la Vendée » (1793) par Amaury Guitard
«  Patriotes, réjouissons-nous,
L'armée de Mayence est avec nous (bis)

Elle est v'nue nous aider
A purger la Vendée.


Dansons la Carmagnole,
Vive le son, vive le son,
Dansons la Carmagnole,
Vive le son du canon.

Puisque nous sommes réunis,
Tuons les brigands du pays (bis)

Ne faisons pas d'quartier,
Tuons jusqu'au dernier...

Quand il n'y aura plus de brigands
Nous nous en irons en chantant,
Au nord et au midi
Tuer nos ennemis.

Dansons la Carmagnole... »

La carmagnole est aussi un costume à decouvrir sur http://costumeshistoriques.over-blog.com
La carmagnole est aussi un costume à decouvrir sur http://costumeshistoriques.over-blog.com
Le vocabulaire employé ici est particulièrement explicite : on parle de « purger la Vendée », de tuer jusqu'au dernier brigand et surtout, de ne pas faire de quartiers... La volonté exterminatrice est on ne peut plus évidente.
La mission de l'armée de Mayence apparaît très clairement : éradiquer le peuple, faire table rase de tous les brigands de la Vendée. Cette armée est tellement confiante dans le résultat rapide et efficace de ses opérations qu'elle prévoit même, une fois la besogne terminée, de partir exterminer d'autres brigands, « au nord et au midi ».

Conclusion

Cette Carmagnole de la Vendée, construite sur le même modèle (air, couplets...) que la Carmagnole originale, nous livre ici les intentions très claires des armées de la République en cette période de l'année 1793 : faire place nette en Vendée, et poser les bases de ce qui, par bien des aspects, peut être aujourd'hui regardé comme un génocide.

A peine l'armée de Mayence avait-elle débarqué en Vendée que déjà, l'histoire de ses futurs exploits était déjà en train de s'écrire.

Au travers de l'affichage public de cette chanson sur les murs de Paris, nous pouvons voir la construction presque instantanée d'une mémoire officielle, révolutionnaire, selon laquelle tout ennemi de la révolution est bon à tuer.
Cette chanson, qui résonne comme une ode à l'extermination des Vendéens, servit à quelques reprises lors des bals des sans-culottes parisiens.

Amaury Guitard

Mercredi 15 Mai 2013
A.M.
Lu 1881 fois
Notez

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Décembre 2013 - 17:58 Robespierre avait bien perdu la tête !








Inscription à la newsletter

Recherche


Pour soutenir nos actions en faveur de l'histoire et du patrimoine de notre région, vous pouvez faire un don en toute sécurité en cliquant ci-dessus.

Gardez le contact